Rechercher
  • Alice

Séance photo allaitement

Mis à jour : 23 sept. 2019

Dernièrement, j'ai eu la chance de pouvoir réaliser un projet qui me tenait à coeur , tout en douceur en respectant la pudeur et l'intimité de cette belle maman en train d'allaiter.


Elodie m'a contacté pour me parler de son projet photo. Elle était déjà venue l'an dernier en mini session noël en famille, je l'ai accueillie cette fois accompagnée de Lise, sa fille, une petite puce à croquer, souriante dès l'ouverture de la porte.


Nous avons passé un agréable moment, je leur ai proposé de faire plusieurs styles tout en restant dans mon univers : avec des robes, sur fond blanc, et plus cocooning , assises au sol avec un de mes gros gilets par exemple. J'ai hâte que ce type de séance se reproduise :

si ce projet vous intéresse n'hésitez plus et contactez moi, je serais ravie d'écouter votre projet.

Vous trouverez en bas de cet article l'extrait en images de la séance.


Pour continuer dans le vif du sujet (allaitement) j'ai décidé de vous parler de mon parcours , ainsi que celui d'Elodie, qui a gentiment accepté de me rédiger un petit témoignage tout en bas de l'article.


Une petite présentation s'imposant : je m'appelle Alice, je suis photographe et maman d'une petite fille Rose, qui va bientôt souffler sa deuxième bougie. Rose est née deux jours après terme par déclenchement et je l'ai allaité 2 mois. J'aurais aimé allaiter plus longtemps mais plusieurs facteurs ont joué dans notre choix de passer au lait artificiel. Tout d'abord, je tiens à souligner que contre toute attente, j'ai eu un très bel accouchement , en tout cas, j'en garde un souvenir Magique , Inoubliable , une Emotion si intense qu'il m'est inexplicable d'en trouver le bon mot. Même s'il n'a pas été des plus simples d'accueillir un beau bébé de 4kg150. Après sa naissance, je devais sonner pour que l'on m'aide à placer Rose au sein, je ne savais pas me lever... j'étais très anémiée et j'ai failli être transfusé lors de mon accouchement.

J'étais inquiète à l'idée de gérer seule sans pouvoir me lever.


Le jour de la sortie, le pédiatre m'annonce que ma fille présentait un petit soucis de frein"(sous la langue) étonnée que l'on ne m'explique pas de quoi il s'agissait, il me propose directement de le lui couper 'avec un scalpel' . il avait à peine prononcé ce mot que sur mon visage on pouvait lire ma peur : je lui fis comprendre que c'était un refus catégorique de ma part. Or, jai été très mal informé à ce sujet, et le pédiatre ne m'a pas rassuré, je voyais cela comme un soulagement de retourner enfin chez nous à 3, sans soucis particulier, et non pas avec mon bébé la bouche pleine de sang...qui plus est, je pensais que ce geste aller jouer et qu'elle aurait eu du mal à téter... vous voyez le genre de scénario qu'on peut vite se faire, sans avoir été informé du geste inoffensif et indolore pour le nourrisson . J'ai paniqué et j'ai décliné , pensant que ma petite puce allait souffrir. Ce n'est qu'ensuite, une fois rentrée à la maison et quelques jours après avoir trouvé un semblant de rythme, que j'ai entamé mes recherches et fait appel aux mamans de mon entourage...

j'ai compris que cela arrivait à beaucoup de bébés et que ce geste permettait d'aider à la succion, et que le frein pouvait avait un rôle dans l'allaitement. Je m'en suis donc voulu de ne pas avoir écouté le conseil du pédiatre, je suis retournée chez mon médecin traitant : ce dernier , au vu de la courbe de poids correcte et après l'avoir ausculté Rose, m'a rassuré et m'a dit qu'elle pouvait s'en passer, que rien n'était alarmant.

Je rentrais chez moi, inquiète d'avoir eu deux sons de cloche complètement différents et je me demandais lequel des deux professionnels avait raison , je me rassurais en me répétant que Rose tétait et prenait du poids et que tout allait bien.

Pourtant, Rose semblait bouder le sein droit et me réclamait beaucoup le sein gauche .

elle s'endormait de fatigue et deux minutes à peine après une tétée, se réveillait et faisait la grimace tant connue de la bouche ouverte qui cherche le sein: comment pouvait-elle encore vouloir manger ?

je pensais tout d'abord " ce sont les pic de croissance " " mon sein ne doit pas donner assez de lait" ou encore "c'est un gros bébé peut être mon lait n'est pas assez nourrissant", je voyais par la suite que mes doutes étaient justifiés grâce au tire le lait : 30 ML d'un coté, contre 120 ML de l'autre ...ce qui renforcé mes angoisses... j'ai rapidement continué le tire- lait pensant augmenter le débit et remplir les biberons à force de tirer, sauf que j'ai eu l'effet inverse...

et son père était si content de pouvoir participer et lui donner le biberon en me "déchargeant" un peu... nous avons donc fait un allaitement mixte 1 tétée, un biberon de lait artificiel .

ce n'est qu'ensuite que j'ai compris que le tire-lait devait être occasionnel et pouvait complètement ruiner un allaitement au démarrage. Mais encore une fois, je n'avais pas reçu ce conseil de la part de l'équipe médicale...


cette machine que j'ai nommé peu après " ma machine de torture -anti sex", a complètement freiné mon allaitement je pense : j'observais lamentablement le peu de récolte toujours sur le sein concerné, et je me disais que je n'avais pas produit assez de lait pour nourrir ma fille

et petit à petit Rose prenait goût au biberon de lait artificiel , je me suis longtemps sentie coupable en silence, mais d'un sens, je m'estimais heureuse d'avoir pu allaiter alors que je ne savais pas si j'y arriverais.

je me suis toujours demandé pourquoi certaines mamans pouvaient donner du lait à revendre, pendant que moi j'en avais à peine assez pour nourrir ma fille.

Avec du recul je m'estime chanceuse d'avoir pu contempler ma fille s'apaiser contre moi, au sein, la voir sourire après une tétée. Je sais que beaucoup de mamans auraient rêvé d'allaiter et pour X raisons ou aléas n'ont pas pu voir ce projet aboutir.


Que l'on allaite ou non, les premiers mois avec un bébé ne sont pas de tout repos, nos exigences ou nos principes sont toujours constamment remis en question. On voudrait parfois faire quelque chose et nous devons parfois nous assoir sur ce projet. Les mamans sont toujours confrontées à des questions existentielles , à des débats sur la bonne façon de faire, ou la fâcheuse casquette de "mère indigne"...


" pourquoi tu lui donnes un biberon si tu allaites? "

"pourquoi tu lui donnes une tétine, il ne va plus vouloir téter"

" tu es sûre que tu places correctement ton bébé au sein ?"

"'l'allaitement, il n'y a rien de plus simple !"

"tu as du courage d'allaiter, ça doit être crevant de ne pas pouvoir sortir sans son bébé"

" ton bébé pleure beaucoup, il doit avoir faim, tu es sûr que ton lait le nourrit assez?"

" le lait maternel ne lui convient peut-être pas"

" elle allaite car elle ne veut pas qu'on prenne son bébé trop longtemps loin d'elle"

" ton bébé semble avoir encore faim mais en fait, il vient de téter ! "

" ton bébé prend ton sein pour une tétine "

" tu lui donnes un biberon, tu ne crois pas que le lait artificiel est bourré de cochonnerie, tu aurais pu allaiter ! "


La liste est non exhaustive, mais vous savez? Ces questions dont on se passerait bien car elles peuvent freiner notre rôle de maman, et nous renvoyer une image négative.

Il en est de même pour les mamans qui n'ont pas allaité et donnent le biberon, car chaque choix est critiquable !


je ne juge personne, que bébé soit allaité ou prenne un biberon.

Finalement, ce que je peux vous dire, c'est que même si j'ai vécu des angoisses , même si on m'a lancé plus d'une fois une remarque... je n'ai gardé que le positif, et si demain je devais recommencer je pense que je renouvellerai l'expérience, sans tire lait !

Enfin, même si aujourd'hui je n'ai pas vraiment trouvé toutes les réponses à mes questions, l'allaitement fut à mes yeux un moment magique et je suis contente d'avoir pu vivre ce moment même s'il n'aura duré que 2mois.


par cet article, je voulais indiquer à chaque maman, qu' il est essentiel de vous faire confiance et de s'écouter en tant que maman car la solution n'est ni sur internet, ni en écoutant la voisine qui vendra son expérience parce qu'elle a 4 enfants, la réponse ne se trouve pas non plus dans les livres car chaque vécu est unique. Nous sommes des Wonder Mum et nous savons ce qui est bon pour notre bébé alors il faut juste s'écouter, même si parfois c'est difficile de trouver la bonne solution tout de suite.


La venue d'un bébé est bouleversante, magique, féérique : on est sur un petit nuage, même si on se remet tout doucement de l'accouchement et que la fatigue est bien présente. Mais c'est aussi un moment intense, émotionnellement parlant, il nous remplit d'interrogations, de fatigue , de peurs que nous ne savons parfois expliquer et je reste persuadée que chaque maman, allaitante ou non , fait au mieux pour son bébé.



"j'ai peur que mon bébé ne fasse que téter, combien de temps dure la séance photo?"

je ne peux pas vous dire exactement mais il faut compter une fourchette de 2 heures en général mais encore une fois c'est variable. J'accorde tout mon temps et ma patience et je me fie à votre bébé, il est évident que s'il tète et a besoin d'être au sein un bon moment, la séance sera parfois plus longue.

Je ne peux donc pas vous certifier la durée de votre séance, il faut être patients et le plus Zen possible.

Le rendu de vos photos sera unique car chaque posture l'est en fonction de chaque bébé.

C'est ce qui fait la beauté et la magie de vos photos : elles sont uniques !

Je m'adapte quoi qu'il en soit. Je suis formée et je continue à me former pour me spécialiser dans cette discipline qui m'anime vraiment.


Que vous soyez mamans , allaitantes ou non, que votre bébé ait 1, 2, 3 mois ou + je vous invite à me contacter pour immortaliser ces doux moments avec lui, en peau à peau, au sein, au biberon ou qu'importe. Ce temps là ne sera jamais rattrapé. L'immortaliser c'est garder un souvenir qui n'a pas de prix.



Je termine en vous laissant ci-dessous le témoignage d'Elodie (que je remercie encore pour tout):


<< J'ai deux expériences complètement différentes concernant l'allaitement. Pour mon aîné, je souhaitais vraiment allaiter. Aux ateliers proposés par les sages femmes, tout paraît si simple alors quand mon fils est né, j'ai gardé mon idée en tête je voulais à tout prix allaiter. Après un accouchement long et éprouvant, j'ai fait la tétée de bienvenue sauf que là, rien ne s'est passé comme je l'imaginais. A peine mon fils au sein, j'ai eu une grosse baisse de tension et j'ai enchaîné les malaises. Nous avons donc attendu pour le mettre au sein. La 1ere nuit après un accouchement difficile pour lui aussi, il a dormi une bonne partie de la nuit, il a donc été très peu au sein. A j+3 est venu ma montée de lait : c'était affreux et on ne m'avait pas prévenu. Il ne prenait pas bien le sein on m'a proposé des bouts de sein, erreur d'avoir accepté. Je ne savais pas que les bouts de sein pouvait mettre en péril l'allaitement et il ne savait pas téter sans. Mon fils était tout le temps au sein, pour moi, ça n'était pas normal. C'était un gros bébé donc je pensais que mon lait ne lui suffisait pas. J'ai donc vite tiré mon lait et donné des biberons. Sauf qu'entre le tire lait, s'occuper de bébé, l'anémie, les douleurs post accouchement... J'étais épuisée. J'ai fait cela pendant 1 mois et demi et je suis passée au lait artificiel. Lors de ma deuxième grossesse, lorsqu'on me demandait si je souhaitais allaiter, je répondais que je n'avais pas très envie et que je verrais le jour J, sans me mettre de pression. Ma fille est arrivée le jour du terme en 2h de temps, un accouchement tellement magique, elle a été mise au sein et a tétée pendant presque 1h. J'étais bien accompagnée par l'équipe de la maternité et en forme pour nourrir ma fille. Ma montée de lait est arrivée à J+2 et est passée inaperçue. Eh oui la première nuit ma fille l'a passé au sein. Nous sommes sorties de la maternité avec un poids au dessus de celui du jour de sa naissance, les auxiliaires me disaient "vous pouvez nourrir tout l'étage". Je n'ai pas reproduit les mêmes erreurs que pour mon fils. Je n'avais pas ce petit carnet où l'on doit noter quel sein a été donné , à quelle heure, pendant combien de temps... C'était au feeling : elle pleurait : elle avait le sein, j'ai compris aussi que pendant les pics de croissance, il fallait tenir bon et que bébé était tout le temps au sein pendant plusieurs jours. Que ce n'est pas comparable avec un bébé au biberon et quand on vous dit "elle a encore faim mais elle vient de téter il y a 15mn" : oui , peut être qu'elle a faim peut être qu'elle veut juste un câlin, ou juste une présence pour dormir c'est un bébé....

Ça fait plus de 6 mois que j'allaite et je ne pensais même pas le faire au départ donc mes conseils sont : pas de prise de tête, ne pas écouter ce que peuvent dire les autres et surtout profiter de ces merveilleux moments.>>













98 vues
Photographe-grossesse-bebe-Mariage-Douai

© 2023 by  Alice Liloue,